.


.

- Vous êtes un défenseur de la Comaga, désormais appelée GrandAngoulême, dont vous êtes le premier vice-président. Quel rôle voulez-vous lui voir jouer ?   (...)   

- Pour le moment, Angoulême en a plus profité que Soyaux.   (...) 

- Ce qui risque d'inquiéter les maires pour leur propre pouvoir ?   (...) 

- On a le sentiment que vos relations avec Philippe Lavaud sont meilleures qu'avec Philippe Mottet.   (...) 

- Et tous ces projets n'inquiètent-ils pas le grand argentier de l'agglo que vous êtes ?   (...) 

- En tant que seul élu important de droite dans l'agglo parvenez-vous à faire entendre votre différence ? Je n'ai pas de carte mais je n'ai jamais caché mes idées libérales. Je travaille pour l'intérêt général et ne participerai pas à des motions anti-gouvernementales. Et puis, vous savez dans ma commune, ma politique sociale est plutôt d'extrême gauche. Si je ne faisais pas une politique pour les plus démunis, je n'en serais certainement pas à mon cinquième mandat.

- 2010 sera une année marquante pour Soyaux, en particulier le Champ-de-Manœuvre avec l'Oru, mais aussi bien pour le déplacement du centre social que pour la résidentialisation de certains bâtiments, on entend des protestations monter.  C'est vrai qu'au départ, le centre social était intégré au pôle culturel. Nous avons révisé cela avec la CAF, la Fcol et tout le monde était d'accord pour l'installation du centre social dans l'ancienne école Macé. Ce sera l'occasion de revoir le projet du centre social. Un audit extérieur est en cours. Le Flep est d'abord un centre social qui aura également accès au pôle culturel, mais il ne faut pas confondre les deux rôles. Je regrette l'attitude de Christian Prouzat qui se voyait peut-être président du pôle culturel. Mais c'est la mairie qui le gérera et nous y avons des ambitions.
.
.

article à lire sur CHARENTELIBRE.com