Un nouveau type de contraceptif d'urgence, efficace plus longtemps que les « pilules du lendemain » déjà offertes, sera disponible cet automne aux États-Unis.

La pilule « ella », de la société pharmaceutique française HRA Pharma, réduit les risques de grossesse jusqu'à cinq jours après un rapport sexuel non protégé. Plan B, le contraceptif d'urgence le plus utilisé présentement, n'est efficace que dans les trois jours qui suivent une relation non protégée.

La Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a approuvé vendredi la « pilule du surlendemain » en tant que contraceptif d'urgence. La pilule avait déjà été autorisée en Europe.

Elle ne sera toutefois disponible que sur ordonnance, contrairement à Plan B.

Efficacité accrue

Les études menées sur le contraceptif ella par son fabricant ont montré qu'elle permettait de réduire le risque de grossesse pendant plus longtemps et de façon plus systématique que Plan B.

Dans une étude comparative entre les deux contraceptifs, les femmes qui avaient pris ella avaient 1,8 % de chances de devenir enceintes, alors que celles qui avaient pris Plan B avaient 2,6 % de chances.

Les experts ont suivi près de 1700 femmes qui avaient reçu au hasard l'une des deux pilules dans les trois à cinq jours suivant un rapport sexuel non protégé.

La pilule du surlendemain utilise de la progestérone pour retarder l'ovulation, étape-clé de la fécondation.

Malgré cela, le contraceptif a suscité les critiques des groupes opposés à l'avortement, qui estiment qu'il s'apparente davantage à une pilule abortive qu'à un contraceptif d'urgence.

De leur côté, les groupes qui défendent le droit à l'avortement ont salué l'approbation de la pilule, estimant qu'il s'agit d'une étape importante pour la FDA, qui a été critiquée pour sa gestion de l'approbation de Plan B, en 2006.

On ignore pour l'instant si Santé Canada approuvera aussi le nouveau contraceptif.


Radio-Canada.ca avec Associated Press