Une réunion publique était organisée, hier soir, pour évoquer la multiplication des incivilités sur le quartier du Champ-de-Manoeuvre. La colère était omniprésente.

Ils étaient nombreux, hier soir, les habitants du quartier du Champ-de-Manoeuvre, à remplir la salle de l'école Célestin-Freinet, bourrée à craquer.

Là pour exprimer leur colère, leur peur, leur rancœur. Parfois de manière sourde, rentrée, mais les regards ne trompaient pas. D'autres fois de manière bruyante, pour sortir toute la frustration, devant les actes de délinquance subis.

 

Des actes répétés depuis des années, mais qui se sont accrus lors de cette année 2010, et plus encore pendant les dernières semaines. Tags, voitures brûlées, trafic de drogue, agressions physiques et menaces. Tout y passe. Et, face à cela, s'impose peu à peu l'impression sourde que les autorités - municipalité, bailleur social et police - ne font pas grand-chose. Ou du moins pas assez.

Une peur omniprésente.

« Parfois, lorsque nous appelons la police, on nous répond qu'il faudrait mieux déménager », se plaignaient plusieurs habitants.   (...)         

Car le fait est bien là, cette poignée de délinquants qui terrorise le quartier est, en grande partie, connue. « Alors pourquoi ne les arrêtez-vous pas ? », demandait-on. « Il nous faut des faits précis, des témoignages, des preuves. Nous ne pouvons pas nous contenter de on-dit. La police ne peut pas tout faire. Nous devons travailler ensemble », insistait Cédric Esson.

Plus de moyens

« Je connais la détresse des gens et les difficultés économiques de nos concitoyens. Il est inadmissible que des actes de délinquance viennent encore durcir leur vie. Vous avez devant vous un maire en colère », lançait le premier édile soljadicien François Nebout. En colère, comme la majorité de la salle.   (...)

Dans l'immédiat, les patrouilles de police diurnes et nocturnes devraient être intensifiées. En espérant que cela permette une baisse significative des actes délictuels. Et que le calme revienne dans un quartier où l'on sent que la moindre étincelle pourrait, à présent, mettre le feu aux poudres.

  SUDOUEST.fr 

Voir également :

- DESCENTE MUSCLEE DE POLICIERS AU CHAMP-DE-MANŒUVRE   

- LES APPELS AU SECOURS DES HABITANTS DE SOYAUX