Le collectif national  Les morts de la rue  a confronté son expérience avec celle du Samu social de La Rochelle.   

Cours des Dames, rue du Palais, quai Valin, rue du Minage, fontaine du Pilori : à La Rochelle, ce sont les endroits diurnes les plus fréquentés par les sans abri. Puis la nuit les retire et on les retrouve le lendemain. Certains trouvent un abri nocturne, grâce aux structures d'accueil existantes, mais pas tous. À combien estimer la population errante de La Rochelle ? Difficile à dire avec précision. Mais une chose est sûre : le nombre de personnes sans domicile fixe, jeunes ou vieux, hommes ou femmes, est en hausse.

Mort à 27 ans

Selon Anita Porcel, membre de l'équipe des veilleurs du Samu social, les sans abri ont augmenté de 15 % à La Rochelle entre 2008 et 2009. Période au cours de laquelle ces travailleurs sociaux ont également noté l'arrivée de 25 % de nouveaux venus.

 

En 2009, les maraudeurs du Samu social ont fait 6500 « rencontres » dans la rue, rencontres qui ont concerné 700 personnes différentes. Sur ces 700 sans abri, plus de 500 d'entre eux étaient nouveaux dans la cité rochelaise. Anita Porcel observe aussi que l'âge des SDF baisse nettement : les 21-25 ans vivant dans la rue ont augmenté de 17 % entre 2008 et 2009.

La rue, on y meurt, parfois.   (...)

 

   SUDOUEST.fr