L'implication du secteur privé dans le mécanisme permanent de gestion des crises en discussion à Bruxelles se fera selon les principes déjà en vigueur au Fonds monétaire international, apprend-on dimanche de source européenne proche des négociations.

"Le commissaire (Olli) Rehn a présenté un document ces derniers jours soulignant les contours de ce mécanisme. Il est en discussion à l'Eurogroupe", a-t-on expliqué.

"L'implication du secteur privé se fera selon les principes établis au FMI. Il y aura une évaluation au cas par cas, sans automaticité", a-t-on ajouté, tout en indiquant que ce point sera précisé dans les heures et jours qui viennent.

Un accord franco-allemand a été trouvé au cours des dernières heures sur une telle participation au cas par cas du secteur privé, avaient indiqué auparavant plusieurs sources au sein de la zone euro.

En parallèle des échanges entre Nicolas Sarkozy, Angela Merkel et Jean-Claude Trichet ce week-end, le président du Conseil européen Herman Van Rompuy, le président de l'Eurogroupe Jean-Claude Juncker et le commissaire aux Affaires économiques et monétaires Olli Rehn se sont retrouvés dimanche matin dans le bureau du président de la Commission européenne José Manuel Barroso pour arrêter les contours de ce mécanisme permanent.

   (...)   Il n'a en revanche par parlé au Premier ministre portugais José Socrates en dépit du fait que la situation au Portugal et l'éventualité d'une aide à ce pays devaient également être discutées dimanche, selon une source gouvernementale allemande.

   REUTERS.com   

   
 

!? encore des options financières prises au niveau international ... voilà qui ne va pas favoriser le retour au plein emploi. Qui peut croire que le corporatisme bancaire solutionnera la crise !?

@ ))