L’association de consommateurs dresse un constat "inquiétant" après une enquête sur les diagnostics de performance énergétique. D’après les résultats publiés ce matin, une même maison peut être classée en C, D ou E, en fonction de l’entreprise qui réalise le diagnostic.

France Info - Selon l’UFC-Que Choisir, une même maison peut être classée C, D ou E selon l’entreprise qui réalise le diagnostic énergétique.

Selon l'UFC-Que Choisir, une même maison peut être classée C, D ou E selon l'entreprise qui réalise le diagnostic énergétique.

© Fotolia

L’affichage du diagnostic de performance énergétique (DPE) est obligatoire dans les annonces immobilières depuis le 1er janvier. Le non-respect de cette obligation est passible de sanctions judiciaires.

Ce matin, l’UFC-Que Choisir a publié une enquête dont elle juge les résultats "effarants".

"Sur quatre maisons visitées par 16 diagnostiqueurs : deux maisons ont été classées dans pas moins de trois classes énergétiques différentes, une a été classée dans deux étiquettes différentes, une seule s’étant vue attribuer la même étiquette énergétique par tous ces professionnels", écrit UFC-Que Choisir dans un communiqué.

Pour Caroline Keller, chargée de mission à UFC-Que Choisir, ces différences de résultats s’expliquent par le fait que le diagnostic n’est pas réalisé "avec la rigueur qu’il faudrait". Elle met notamment en cause les différents logiciels utilisés par les entreprises. Avec les mêmes données, "ils ne donnent pas toujours les mêmes résultats".

L’association appelle les pouvoirs publics à "adopter sans délai des mesures techniques pour fiabiliser les DPE".

Le DPE permet de connaître les consommations d’énergie, leur impact sur l’effet de serre, responsable du réchauffement climatique, et de favoriser leur maîtrise, en classant les biens en sept catégories de A (50 kWh/mètre carré/an, soit 250 euros de dépenses) à G (450 kWh/m2/an, 2.250 euros).

   FRANCE-INFO.fr