Le réseau de fibre optique bénéficie depuis peu aux quartiers du Champ-de-Manoeuvre à Soyaux, et du Treuil à Gond-Pontrouve.


Chez Ginette, sous l'œil d'un agent du Foyer. Photo t. kluba

Ginette, 85 ans, habite une tour HLM du Champ-de-Manoeuvre, à Soyaux. Un petit appartement coquet raccordé à la fibre optique comme l'est la moitié du quartier depuis l'automne. Avec Le Treuil à Gond-Pontouvre, 1 056 logements HLM de l'agglomération bénéficient ainsi d'un programme parallèle au réseau de 129 kilomètres de fibre déployé dans l'agglomération à des fins économiques. Au total, 28 des 32 zones d'activités du Grand-Angoulême y sont rattachées.

Le Foyer est le premier bailleur social à s'être converti à la fibre optique. L'été dernier, les locataires avaient vu les techniciens installer un boîtier au coin du salon. Les offres - équivalentes - de WiBox et Alsatis, les deux seuls opérateurs avec lesquels le bailleur « a négocié », précise-t-on, viennent de tomber : à 9,90 € l'Internet (débit 2 mégabits) et le téléphone illimités, et 34,90 € l'Internet (débit 100 mégabits) et le téléphone illimités, il faut bien reconnaître qu'elles défient toute concurrence, locataires HLM ou pas. « Une offre de rupture », aime à dire Pierre-François Iooss, directeur de Solstice, la société chargée du réseau.

Consommations en ligne

Ginette ne s'y est pas trompée. « Quand on est à la retraite, la vie devient de plus en plus difficile. » Utilisatrice d'Internet à raison de deux heures par jour, « quelques fois plus », le temps d'écrire ses courriels et de dialoguer avec la famille lointaine via la webcam, elle a choisi l'option à moins de 10 euros. Autre intérêt, et non des moindres, pour Le Foyer : le simple raccordement permet au bailleur, tout comme aux locataires, de veiller en direct à la température et à la consommation d'eau : un écoulement suspect, comme un filet d'eau dans la cuvette des toilettes, peut même déclencher une alerte et l'intervention des services. Ginette, elle, s'est prise au jeu devant son ordinateur, détaillant volontiers les courbes : « Aujourd'hui, voilà ce que j'ai consommé… » 

   SUDOUEST.fr