18.05.2011 | 15:22 

Les dépenses vont doubler ou tripler d'ici 2050, d'après l'Organisation, qui regroupe les pays les plus riches.

GurriaAOcde

Attention, grand chand chantier à venir. Les dépenses liées à la prise en charge de la dépendance vont doubler, voire tripler dans les pays de l'OCDE d'ici 2050, a prévenu l'Organisation de coopération et de développement économique dans un rapport publié mercredi 18 mai.
En 2008, ces dépenses ont atteint en moyenne 1,5% du PIB des pays de l'OCDE, les plus riches. Avec des variations importantes entre les uns et les autres: 0,1% au Portugal, 3,6% en Suède et 1,7% en France. Mais elles "devraient au moins doubler, voire tripler, à l'horizon 2050", la population âgée de 80 ans et plus passant de 4% à près de 10% sur la même période.

Recrutement obligatoire

Angel Gurria, secrétaire général de l'OCDE, a souligné que "les politiques manquant de cohérence qui sont en place dans de nombreux pays doivent être revues".
Tout se joue d'après l'OCDE, sur la prise en charge des personnes dépendantes, à domicile ou en établissement spécialisée. Si la première voie est choisie pour 70% de cas, la seconde représente 62% des dépenses. Toutefois, la prise en charge des personnes dépendantes par des proches menace d'appauvrir ces derniers, relève l'OCDE.
Dans ces conditions, l'OCDE suggère aux Etats de "renforcer leur secteur formel" et d'effectuer " de solides réformes visant à attirer davantage de main d'œuvre". Le secteur de la dépendance (infirmiers, auxiliaires de vie, etc.) emploie aujourd'hui entre 1% et 2% de la population active et l'organisation estime que "de nombreux pays verront cette proportion plus que doubler d'ici 2050". Pour "satisfaire la demande future", l'OCDE préconise de solliciter davantage d'"aidants formels migrants", déjà bien présents dans de nombreux pays (un sur quatre aux Etats-Unis et au Royaume-Uni et jusqu'à un sur deux en Autriche, Grèce, ou Italie).

   CHALLENGES.fr