20 mai 2011 | Mis à jour | 08h58     Marie-Claire NEAUD

Lors de son assemblée générale, Paroles d'habitants a dressé un bilan satisfaisant avant de faire le point sur les sujets qui fâchent.
Les habitants pointent notamment du doigt les colonnes enterrées, placées sous les fenêtres. Photo CL
  

Lors de sa première assemblée générale, dernièrement, en présence de Frédéric Cros, maire-adjoint chargé, entre autres, des relations avec les associations et de la gestion urbaine de proximité, et d'une vingtaine d'adhérents et habitants, l'association Paroles d'habitants présidée par Georges Rocheteau a présenté un bilan global très satisfaisant - les trois rapports ont été approuvés à l'unanimité.

Cependant, le sujet qui fâche, ce sont les premières constatations dues à la résidentialisation du côté est de Soyaux, sachant que la première tranche est pratiquement terminée. L'essentiel des débats y a été consacré, et les habitants ont largement participé.

Les locataires montrent notamment du doigt les colonnes enterrées placées... sous les fenêtres des appartements, reprochant les odeurs, bruits, salissures, le manque d'hygiène... Ils n'ont pas manqué, non plus, de remarquer des arbres plantés... devant les portes d'entrée de certains immeubles, ou encore des emplacements de parking situés juste sous les fenêtres. «C'est très gênant quand on veut déménager, ou même pour les secours, ont souligné plusieurs locataires. Malheureusement, maintenant, c'est fait. Mais il ne faudrait pas que ça se reproduise ailleurs.»

Autre sujet de mécontentement: des notes adressées par les bailleurs sociaux aux locataires du quartier résidentialisé. Elles concernent d'une part des détritus, poubelles, cartons et autres emballages déposés au pied des colonnes enterrées. Et, d'autre part, des végétaux arrachés et vandalisés. Avec, comme conséquence des factures de nettoyage et de replantation qui vont être répercutées sur l'ensemble des locataires.

«On ne veut pas payer pour ceux qui font ces incivilités. Ça fait augmenter les charges. Encore un peu plus, on va se mettre d'accord pour bloquer nos paiements de charges à la caisse des dépôts et consignations ou chez un huissier, jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée !», ont dit certains.

Des problèmes de sécurité routière se posent également dans les rues largement ouvertes, sans ralentisseur, sans panneaux de limitation de vitesse. Certains inconscients, déplorent les habitants, se livrent à des excès de vitesse dangereux pour les riverains.

Le bureau de l'association a donc décidé d'adresser un courrier allant dans ce sens aux bailleurs sociaux, avec copie à la mairie, aux services techniques et à la maison de l'ORU (Opération de renouvellement urbain).

A souligner que Robert Rocheteau a été élu représentant des locataires pour la SA Le Foyer - Vilogia à la CLCV (Consommation, logement et cadre de vie), que l'association fait les démarches actuellement pour y adhérer en tant que personne morale, et que, depuis l'assemblée générale de la CLCV du 7 mai, deux membres du bureau de Paroles d'habitants siègent dans son conseil d'administration.

 

    CHARENTELIBRE.fr