Demain [1er octobre], Soyaux propose une visite des chantiers de l'ORU. Le parcours passera par le futur Pôle culture. Un bâtiment pensé pour créer des liens entre les quartiers.

Début 2013, la commune de Soyaux compte rassembler toutes ses associations dans ce pôle culturel.Repro CL

Deux pères différents et pourtant, une ressemblance étonnante. Le futur Pôle culturel de Soyaux et la future médiathèque d'Angoulême ont un ADN architectural très proche. «Mais nous ne serons pas une extension de la médiathèque», cadre François Nebout, le maire de Soyaux.

Demain, il invite la population de sa commune au Champ-de-Manoeuvre pour faire la «visite des premières pierres» (1). Un parcours au coeur du chantier de l'ORU «pour que les habitants s'approprient le projet».

Pour cette première balade au milieu de ce qui ressemble encore à un champ de gravats, la commune a fait appel à Via Patrimoine qui s'occupe déjà de faire visiter les chantiers d'Angoulême. Mais demain, ceux qui s'aventureront sur ce parcours devront avoir de l'imagination pour visualiser le futur quartier paisible que tente de créer l'Opération de renouvellement urbain.

L'objectif de ce profond réaménagement, c'est évidemment de sortir ce quartier de Soyaux de son image négative. «Et autant je ne crois pas à la mixité de l'habitat, autant, je pense que les équipements culturels peuvent favoriser les échanges entre les quartiers et leurs habitants», milite le maire de la ville. Et le Pôle culturel qui devrait voir le jour début 2013 représente pour lui l'outil idéal pour y parvenir.

Ce bâtiment de plus de 2.000m2 sur trois niveaux accueillera toutes les associations culturelles de la ville. «Il n'y aura plus d'éparpillement associatif dans les quartiers, tout sera rassemblé ici», prévient François Nebout. Et ces associations auront à disposition, dans le lieu, des équipements comme une salle de spectacle de 200 places, des salles de réunion, des salles d'exposition...

«C'est pourquoi nous voulions un bâtiment qui sorte de l'ordinaire. Et sur les différents projets présentés, celui-là sortait vraiment du lot», apprécie François Nebout qui a lui aussi succombé à ces empilements cubiques visiblement à la mode dans les cabinets d'architectes de Paris et de Bordeaux. «Ça ne me gêne pas qu'il y ait une certaine harmonie entre notre pôle culturel et la médiathèque d'Angoulême». Au moins, au milieu du futur centre commercial et des futurs immeubles de Logélia et Vilogia, on ne pourra pas le rater.

«Le pôle culturel est un enjeu majeur. La réussite de l'ORU passe par là», anticipe le maire, conscient qu'une poignée d'irréductibles s'évertue à saper le travail. «Mais la puissance publique ne reculera pas. On a pensé ce quartier pour les jeunes. Il faut que les habitants soient fiers de leur quartier.» La petite visite de chantier de demain leur permettra peut-être de comprendre tous ces enjeux.

(1) Journée des premières pierres, demain du 1er Octobre à 14h30, inauguration des chantiers place Jean-Jacques-Rousseau. 15h30, visite guidée du quartier avec Via Patrimoine. 16h30, salle Sévin, rue Claudel, projection d'un documentaire réalisé par les élèves du Lisa, exposition des travaux des élèves de Jean-Monnet et exposition des photos de Gérard Truffandier, intitulée «Portraits d'ORU».

30 septembre 2011 | 04h00  Mis à jour | 09h46   /   Richard Tallet

CHARENTELIBRE.fr