Après la critique d'une « dérive droitière » exprimée par Jean-Pierre Raffarin cet été et la dénonciation d'une « faute morale » par Dominique de Villepin visant la politique sécuritaire du ministère de l'Intérieur, après la liste dissidente menée par Pierre Charron lors des sénatoriales et les désaccords entre François Fillon et Nicolas Sarkozy sur les primaires socialistes, les dissensions sont de plus en plus marquantes au sein du gouvernement et l'UMP, toujours tiraillée entre son aile dure et son aile centriste - ou désormais « humaniste ». La majorité se divise derrière son « candidat naturel » pour la présidentielle 2012. 

Populaire ou humaniste, c'est avant tout la droite !,

par Laureline Dupont

Les ministres Jean Leonetti et Marc Laffineur ont enfin lancé leur nouveau courant fourre-tout, « Les Humanistes de l’UMP », censé « équilibrer la majorité » et reconquérir l’espace médiatique et politique envahi par les Grognards de la Droite populaire. A l'UMP, la valse des étiquettes bat son plein, mais quel que soit le nom du mouvement, on y retrouve toujours les mêmes.

Fillon tergiverse entre Sarkozy et la citoyenneté, par Philippe Bilger, blogueur associé
Les primaires sont pour François Fillon un « processus moderne », pour Sarkozy « contraire à l'esprit de la Ve République ». Le Premier ministre, observe notre blogueur associé Philippe Bilger, oscille entre son maintien avec le Président et son départ avec une attente citoyenne. « En privilégiant la première branche plus politique, Fillon a abandonné la seconde plus démocratique et sans doute, à long terme, plus porteuse d'espérance », note-t-il.

Copé et Fillon : la baston de 2017 a déjà commencé, par Laureline Dupont
En se prononçant ostensiblement en faveur du processus de la primaire, François Fillon prépare le terrain pour 2017 et sa possible candidature. De quoi échauffer les oreilles de Jean-François Copé qui entend bien devenir LE candidat de la droite à la présidentielle une fois que Sarkozy aura laissé le champ libre.

Guillet : « Sarkozy seul candidat possible : regrettable pour la droite », propos recueillis par Laureline Dupont
Juppé ? Il a déjà du mal avec Bordeaux. Borloo ? Vous ne pouvez pas transformer un mulet en cheval de course. Le député UMP des Hauts-de-Seine, Jean-Jacques Guillet n'est pas tendre avec les éventuels sucesseurs du Président. Ce qui ne l'empêche pas de regretter ce désert de Goby.

Nice, terre de concurrence entre toutes les droites, par Hervé Nathan
Pour répondre aux journées d'été du Front national, Christian Estrosi, maire UMP de Nice, a convié dans sa ville de nombreux ministres pour montrer l'unité de sa famille politique. Même les frères ennemis Copé et Bertrand étaient présents. A droite, la campagne présidentielle prend forme.

UMP : centrisée, droitisée, copéisée et bientôt divisée ?, par Laureline Dupont
Trois jours pour lancer une année électorale cruciale pour Nicolas Sarkozy et pour l'UMP. Réunis à Marseille, les cadres du parti majoritaire vont tenter d'aplanir des différences qui sautent de plus en plus au visage des Français. L'UMP semble en permanence tiraillée entre son aile centriste et son aile dure, avec en chef de parti un Jean-François Copé pour qui 2017 semble un objectif bien plus important que 2012. Trois jours donc pour tenter de convaincre de l'unité d'un parti au bord de l'implosion.

Quel partisan de l'UMP êtes-vous ?, par David Desgouilles, blogueur associé
Après vous avoir proposé de découvrir pour quel candidat à la primaire socialiste vous alliez voter, David Desgouilles récidive à la sauce majoritaire. De quelle tendance de l'UMP êtes-vous le plus proche ? Pour le savoir, répondez au test...

AILLEURS SUR LE WEB

Fillon et Copé signent une paix armée sur Paris, sur le Point.fr
En nouant un pacte qui offrirait Paris à François Fillon et permet à Jean-François Copé de garder le contrôle de l'UMP, le Premier ministre et le patron du parti présidentiel ont signé un armistice qui ne met pas pour autant fin à leur rivalité. Les tensions restent vives dans la capitale au sein de la majorité et la candidature, maintenant presque certaine, de François Fillon aux législatives de 2012 fait grincer quelques dents, notamment celles de Rachida Dati.

Primaire : les divisions attendues à gauche éclatent à droite, sur Lemonde.fr

Division à droite : fissure ou fossé ?. avec Florence Haegel, sur France Culture
Des dissensions au sein de la majorité gouvernementale se sont récemment faites entendre : après la critique d'une "dérive droitière" exprimée par Jean-Pierre Raffarin cet été et la dénonciation d'une "faute morale" par Dominique de Villepin visant la politique sécuritaire du ministère de l'Intérieur, des voix discordantes font de cette rentrée de l'UMP un moment d'agitation rarement connu depuis sa fondation, en 2002.

Sénatoriales : l'UMP paie ses divisions au prix fort, sur Lefigaro.fr
Des candidats dissidents ont souvent été élus au détriment de ceux du parti présidentiel.

Marianne2 | Dimanche 16 Octobre 2011 à 12:02

 Intégralité de l'article
avec dossier interactif sur MARIANNE2.fr