François Nebout a présenté lundi des orientations budgétaires qui laissent augurer
d'un budget communal encore très serré l'année prochaine. Photo Renaud Joubert

Difficile de faire des folies en pleine Opération de renouvellement urbain (ORU). Soyaux l'a montré lundi soir lors de son débat d'orientation budgétaire, au cours duquel il a été notamment question d'une rallonge de 1,9 million d'euros pour le futur pôle culturel et associatif Soëlys (lire CL d'hier). Un budget que le maire François Nebout a volontiers qualifié de «contraint», employant même le terme d'«austérité».

Hors investissements dans les chantiers de l'ORU (7,7 millions), la section investissements de la commune s'élèvera à 850.000 € en 2012. Ils seront essentiellement consacrés aux nouveaux équipements publics: réhabilitation et équipement de l'ancienne école Jean-Macé pour le Flep (700.000 €), sécurisation des écoles avec installation de téléprotection devant l'école Jean-Monnet saccagée le mois dernier (50.000 €) et des travaux d'accessibilité dans les écoles (100.000 €). «480.000 € seront consacrés aux travaux de gros entretien des bâtiments publics et de la voirie hors ORU, dont 130.000 € de renouvellement de gros matériel», ajoute le maire François Nebout, en rappelant par ailleurs que le remboursement des emprunts de la ville s'élèvera à 850.000 € en 2012.

Malgré tout, pour l'opposant Bernard Rivalleau, «c'est le même constat d'austérité qu'il y a un an». «J'ai peur que cette fois on attaque l'os et qu'il faille changer de thérapie et de docteur !», lance-t-il ironiquement au maire.

François Nebout avait toutefois rappelé précédemment l'embauche de René Jacquinot, l'ancien directeur financier de Calitom, chargé de mission financier, qui présidera à la mise en place d'un observatoire des dépenses de la ville et de la tenue de tableaux de bord.

Du côté du fonctionnement, conscient de la paupérisation d'une partie de la population, François Nebout a annoncé une hausse du budget du CCAS, sans en préciser le montant. Depuis 2007, il n'avait pas évolué et s'établissait à 436.000 €.

20 octobre 2011 | 04h00 - Mis à jour | 11h02 
F.G.

CHARENTELIBRE.fr

Voir également :

STABILITÉ DES IMPÔTS - TRÈS CHER PÔLE CULTUREL - LE COÛT DU PÔLE CULTUREL S'ENVOLE