Les parents ont fait brûler des pneus au milieu de la chaussée. Photo AK

Quand ils ont appris mardi en réunion qu'une des classes de l'école primaire Jean-Monnet de Soyaux disparaîtra de la carte l'année prochaine, les parents d'élèves ont décidé de frapper un grand coup. Hier soir, ils ont installé de grandes affiches devant l'école de leurs enfants qui compte pour l'heure 7 classes et une CLIS mais prévoit seulement 143 élèves à la rentrée prochaine quand il en faudrait 166 pour maintenir toutes classes.

Ce matin, dès 8h45, une quinzaine d'entre eux se sont installés devant les grilles de l'établissement pour défendre leur école, interpeller les autres parents et les passants.

Pendant qu'un tas de pneus brûle sur la chaussée et empêche les bus de circuler, ils rappellent, qu'avec l'ORU, de nombreuses familles devraient s'installer dans le quartier dans les prochains mois. "Une classe, c'est plus facile à fermer qu'à ouvrir", assurent-ils.

Ils resteront toute la journée devant l'école et prévoient de nouvelles actions à la rentrée.


24 Février 2012 | 11h58
Mis à jour | 13h16 - Anne Kerjean

CHARENTELIBRE.fr