Entre le Plan de déplacement urbain, nécessité du futur, et l'avenue de la République, le poumon de la commune, le conseil a tranché

L'avenue de la République compte pas moins de soixante implantationscommerciales et artisanales.Photo CL

Beaucoup de spectateurs, ce jeudi, pour assister au débat sur le projet du Plan de déplacement urbain (PDU) de GrandAngoulême. Il est vrai qu'avec la réunion d'avril et les pétitions qui circulent, la curiosité est forte. Pour les élus, le problème n'est pas simple. Pour eux, le PDU a des objectifs louables: diminution de la pollution, économie d'énergie, amélioration de la circulation, accessibilité des transports en commun, etc. L'ennui, c'est qu'«il est construit autour du Transport en commun en site propre (TCSP), traduisez le Busway», comme l'indique André Lamy, adjoint au maire, dans son intervention. L'ennui de l'ennui pour L'Isle-d'Espagnac, c'est que son trajet emprunte l'avenue de la République. Et là, plus personne n'est d'accord. L'exposé du maire Jean-Claude Besse n'a pas attendu les réactions.

André Lamy qui votera contre engage le débat: «Je ne crois pas à l'avantage des 15mn et qu'on m'explique comment aller de Mornac à la gare d'Angoulême en 15 minutes. Je ne vois pas, pour les Spaniaciens, l'intérêt du TCSP, de plus, en le faisant passer dans l'avenue de la République, on détruit toute l'activité commerçante et on tue la commune». La messe est dite et le public applaudit. Claude Bellot qui ajoute que «l'on va détruire le tissu urbain», Gilles Vigier qui se plaint de la communication et pense que le document est déjà validé et Jean-Luc Parthonnaud qui annonce «la mort des artisans et commerçants» voteront contre. Comme l'opposition. Olivier Rivière reprend les mêmes arguments et s'interroge sur la pertinence du Busway dont il critique le coût. «Pour la pollution, L'Isle-d'Espagnac n'a jamais déclenché d'alertes, la STGA marche très bien et qu'a-t-on prévu avec les voies annexes ?» «Le financement est incomplet», selon Jean-Luc Paris qui invite les responsables du projet à venir négocier.

Reste les abstentions qui, avec Hélène Pierre, Alain Burlier et Bernard Devautour trouvent leurs adeptes: «Si on est contre le Busway avenue de la République, on ne peut pas être contre le PDU pour les générations futures. Dans vingt ans, il faudra bien y arriver». Le maire aussi s'est abstenu en défendant vaille que vaille le PDU: «Il faut prévoir l'avenir de l'urbanisation qui va concentrer les habitants autour des axes de communication et des lignes de transport en commun. Mais je suis contre le passage du TCSP par l'avenue de la République», a-t-il conclu. Les votes des conseillers présents ou représentés ont donné 17 voix contre et 4 abstentions.

Jean Lasaires

12 Mai 2012 | 04h00 - Mis à jour | 10h08

CHARENTELIBRE.fr