"Festival ZEP’dit" de Soyaux (Charente) : "ECLAIR les chemins du monde"
(sélection nationale Journées de l’innovation 2012)

 

Note : ce festival, qui a lieu tous es deux ans, se tiendra cette année du 21 mai au 4 juin 2012.

Festival ZEP’dit "ECLAIR les chemins du monde"
Réseau ECLAIR Romain Rolland, Soyaux

Sont sollicités tous les enfants et jeunes de 1 à 16 ans (ou plus) scolarisés ou en accueil de loisirs de la commune de Soyaux et leurs enseignants, éducateurs, animateurs, parents, familles et autres curieux des arts et créations soient 347 élèves de maternelle + 323 élèves d’élémentaire + 221 collégiens du quartier ZUS "Champ de manoeuvre" et environ 200 élèves des établissements éducatifs de la commune (écoles, lycée, IME …) + un groupe d’une vingtaine de parents d’élèves/enseignants/personnels des écoles engagés sur une création théâtrale dans le même thème à destination des élèves et de leurs familles. + les adultes spectateurs : un peu plus de 3000 entrées en 2010 pour 26 spectacles portés par 53 enseignants.

Un festival de spectacles en réponse à la mise en place du programme ÉCLAIR de la zone d’éducation prioritaire, élargie à toutes les composantes éducatives de la commune et dans un large partenariat. Une occasion de proposer un parcours culturel aux jeunes de la commune de Soyaux qui débouche sur une confrontation éducative à travers les arts vivants et arts visuels.

A l’origine
Les élèves du quartier prioritaire sont mis en difficulté par une faible culture commune et un accès difficile aux offres artistiques. Les habitudes de partage d’expériences culturelles inter quartiers/générations/culturalités, sont à travailler en profondeur sur cette commune bi-polarisée. Par le vécu d’un projet culturel et la pratique d’une activité artistique, qualifiés par des professionnels dans et hors l’Ecole, et valorisés par exemple par un 7eme festival ZEP’dit, chaque élève (et sa famille) sera amené à prendre sa place dans cet objectif. Cela contribuera à le faire progresser dans son ambition de réussite scolaire et de formation personnelle, avec évaluation de compétences acquises dans le cadre du socle commun de compétences.

Problématiques  :

  • La géographie de la commune tend à replier chaque quartier sur lui-même et à renfermer le quartier prioritaire sur ses problématiques : concentration des services de type social, regroupement de l’habitat HLM, offre éducative intense.
  • Le fait culturel collectif est de plus en plus souvent remplacé par des rassemblements communautaires, fêtes à caractère religieux ou la tentation du repli sur la sphère privée, avec le sentiment d’ainsi protéger l’intime.
  • La dimension artistique est peu présente dans l’offre publique du quartier prioritaire (manifestations diverses mais éphémères, peu fréquentées par une population extérieure au quartier) ; peu active dans les pratiques personnelles des habitants (sentiment d’un coût et d’un temps inutile).
  • Des actes de délinquance visibles, peu nombreux mais incontrôlables, freinent l’enthousiasme et la confiance nécessaire à la dimension morale d’un projet culturel.
  • Les enfants et jeunes de la commune n’échappent pas à l’image publique peu valorisante en termes de compétences, de sérieux et d’engagement sur « la jeunesse d’aujourd’hui ».
  • Leurs difficultés scolaires relèvent souvent d’une culture générale peu ouverte, d’un manque de confiance en soi, d’une difficulté à affirmer ses compétences tout en canalisant ses énergies spontanées.

Objectifs poursuivis au niveau du territoire  :

  • Répondre au besoin fondamental de culture personnelle et commune pour asseoir des ambitions de formation et de développement chez les élèves du quartier prioritaire.
  • Mettre à disposition des outils d’apprentissages fondamentaux, impliquant le corps tout autant que l’esprit de chaque élève, quelles que soient ses compétences ou ses handicaps.
  • Favoriser les échanges de pratiques pédagogiques, d’émotions professionnelles positives entre chargés d’éducation, de la crèche au lycée, à l’échelle communale.
  • Consolider les liens entre l’Ecole et son environnement : familles, partenaires, culture ...et l’ensemble de l’espace public, local ou plus lointain.
  • Contribuer au projet global du pôle socioculturel à naître dans l’ORU en diffusant l’image d’un territoire qui innove pour défendre des valeurs éducatives républicaines et recherche l’excellence par la mise en coopération avec les professionnels à destination des élèves :
  • Élargir la conscience du jeune d’un monde partagé par la rencontre d’oeuvre d’arts, d’artistes, de lieux de culture et patrimoniaux et celle de l’élève par l’apprentissage de savoirs et de techniques du socle commun.
  • L’aider à affronter les difficultés du rapport aux autres en lui ouvrant la distance d’un espace imaginaire sécurisant pour engager son corps et son esprit, en le rendant acteur social doté de dignité et d’un rôle à tenir.
  • Renforcer la conscience de soi, la confiance en soi, se reconnaître dans la culture et se situer dans la sphère sociale.
  • Partager une réussite ou chacun est responsable pour tous.
  • Description
  • Tout au long de l’année, rencontres, recherches, analyses permettront d’affiner des connaissances fondamentales sur un domaine culturel précis : patrimoine, sciences, environnement, beaux arts, arts visuels … A partir d’un thème commun (à définir avant les congés d’été), il sera proposé la conception de ce projet culturel à l’échelle d’un groupe de vie éducatif (classe, école, niveau d’enseignement, atelier d’accompagnement éducatif …).
  • Parallèlement, il sera proposé à chaque groupe volontaire
    • l’accompagnement par un artiste ou organe professionnel pour un travail d’écriture à visée artistique : dialogues théâtraux, slams musicaux, scénarii dessins animés, rimes à chanter, reportage vidéo, synopsis de chorégraphie …
    • une formation programmée dans un domaine « arts du spectacle » ou « arts visuels » particulier.
    • la réception d’au moins 2 spectacles (vivants ou audio visuels)
    • l’immersion dans un lieu patrimonial ou culturel reconnu au titre de l’enseignement de l’histoire des arts
    • l’enrichissement du fonds des bibliothèques des établissements en littérature jeunesse
    • la formation des enseignants et personnels investis dans le projet L’objectif final sera d’incarner le parcours culturel de l’année dans une production corporelle ou visuelle valorisée dans le cadre d’un festival.

Difficultés rencontrées

  • recherche de financements exclusivement publics pour Ecole publique
  • formation continue commune 1er et second degré difficile à programmer

Moyens mobilisés

Partenariat et contenu du partenariat
A ce jour, dans le cadre des partenariats culturels, sont déjà en cours :

  • le Théâtre scène nationale et le festival "théâtres en fête" pour des cursus 3 à 5 spectacles (dont un en famille)
  • La compagnie "Toi Émoi" dans le cadre d’une résidence du pôle culturel municipalité (petite enfance).
  • les musées d’Angoulême dans le cadre d’une convention ZEP-Musées.
  • l’ADN le Pacbo (correspondant territorial DRAC) dans le cadre d’ateliers de pratiques artistiques plastiques
  • les compagnies « Théâtre en Action », "Ludamuse", « Pause théâtre  », "Planche de cirque", les Arrosés", "Le loup blanc", « Le bruit du Frigo » (dans la continuité de l’option théâtre du collège) et des artistes indépendants, pour leurs compétences en mise en jeu scénique avec un groupe important en nombre. - ces mêmes compagnies ainsi que l’association « AMIES » et l’ODCE pour les interventions en atelier d’écriture
  • Les association Via Patrimoine, Charente Nature et les services patrimoines du Conseil Général dans le cadre de la connaissance de lieux et histoires insolites
  • le CDDP et l’EMCA pour leurs ateliers de création d’images animées
  • L’association ACSEF pour l’atelier théâtre parents

Modalités du suivi et de l’évaluation de l’action

  • Attendu : Élévation du niveau des acquis de chaque élève inscrit dans le projet
    Modalité : Évaluation de compétences scolaires dans le cadre de chaque processus (classe, école, réseau) et notification dans le livret personnel de compétences du socle commun.
  • Attendu : Reconnaissance publique de compétences acquises et partage d’émotions collectives positives
    Modalité : Enquêtes de satisfaction pour les spectateurs et les acteurs, revue de presse
  • Attendu : Participation des familles et de la population aux différentes phases de valorisation, variété de domiciliation des ces participants
    Modalité : Comptage catégorié des participants (distribution de tickets, pré inscriptions …)

Bilan détaillé des effets escomptés / obtenus

  • sur les résultats des élèves
  • sur les pratiques des enseignants

Site du réseau Romain Rolland

Extrait du site Respire : Liste des projets sélectionnés (p. 242-243 du PDF)

16 avril

OZP.fr