24 mai 2012

HISTORIQUE DE LA DETTE PUBLIQUE

La dette publique française représente l’accumulation des déficits budgétaires depuis près de quarante ans. La notion de dette publique apparait en 1974 lorsque la loi Pompidou-Giscard oblige l’Etat français à emprunter auprès des marchés de capitaux lui interdisant sa propre création monétaire via la Banque de France.

 

La dette publique française représente l’accumulation des déficits budgétaires depuis près de quarante ans. La notion de dette publique apparait en 1974 lorsque la loi Pompidou-Giscard oblige l’Etat français à emprunter auprès des marchés de capitaux lui interdisant sa propre création monétaire via la Banque de France. La loi Pompidou-Giscard : une trahison aux dépens de la France et des français. Dès lors, la rente financière fait les beaux jours des riches prêteurs, des fonds de pensions, des fonds spéculatifs divers, des banques et des assurances…

Aujourd’hui, les intérêts d’un montant de 1 200 milliards € représentent les 2/3 de la dette publique. Notre dette s’autoalimente par le jeu des intérêts qui s’élèvent à 50 milliards € en 2011. Les effets de la récession et de la politique fiscale de Sarkozy en réduisant les recettes de l’Etat ont aggravé la situation du pays. Réduire encore les dépenses publiques de développement (école, santé, recherche, infrastructures, formation, protection sociale ) serait suicidaire pour l’avenir de la France.

L’emprunt Giscard : un scandale d’Etat ! Lancé en 1973 pour un montant de 6.5 milliards francs par Valéry Giscard-d’Estaing, ministre de l’économie et des finances de Georges Pompidou, l’emprunt Giscard a contribué également à l’endettement national. Indexé sur l’or et exonéré d’impôt pour être très attractif, il a coûté très cher aux contribuables français mais a été très lucratif pour les créanciers. Quinze ans plus tard, le remboursement s’est élevé à 90 milliards de francs soit 14 fois le montant du capital emprunté.

Les traités européens ont privatisé la monnaie. Fondés sur les mêmes dispositions législatives que la loi Pompidou-Giscard, les traités européens interdisent également, à la Banque Centrale Européenne (BCE) de prêter directement aux pays membres. Contraints de s’endetter sur les marchés financiers, ils sont devenus les otages de la spéculation internationale et des agences de notation. Les banques privées ont capté la création monétaire grâce à l’article 104 du traité de Maastricht devenu l’article 123 du traité de Lisbonne. La B.C.E, au service exclusif des marchés de capitaux, refinance les banques privées à 1% de taux d’intérêt. Elle vient de leur accorder 1 000 milliards de recapitalisation sans contrepartie en matière de relance économique. Où est passé l’argent ?

Les profits bancaires passent avant l’octroi de crédits aux PME et aux ménages. Ce cancer de la financiarisation spéculative menace la zone euro d’éclatement et mène les peuples européens vers le chaos. Il est urgent de reprendre la main sur la création monétaire pour se libérer du pouvoir des banques et des marchés financiers. C’est ce que propose le programme du front de gauche « nous agirons pour changer les missions de la Banque Centrale Européenne et créerons en France un pôle public bancaire et financier qui agira pour l’emploi et les salaires, contre les délocalisations et la spéculation… » Le Front de Gauche exige un référendum sur le traité Sarkozy-Merkel qui constitutionnalise l’austérité à perpétuité avec « la règle d’or ». L’élection de nombreux députés du front de gauche en juin prochain est l’une des conditions pour rompre avec ces logiques capitalistes. Pour nous, c’est l’humain d’abord.

mardi 22 mai 2012, 09:33

MARIEHELENEBOUTETDEMONVEL.ELUNET.fr

 


 

Également sur Le blog de Marie-Hélène BOUTET DE MONVEL

 
Les nouveautés
  • le calendrier de la campagne
  • un historique de la dette publique
  • la lettre de J.L. Mélenchon au nouveau Premier ministre
  • rejoindre le comité de soutien
  • les autres intiatives en préparation
  • ...
On lâche rien !
Posté par : ZeCagouille à - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


Commentaires sur HISTORIQUE DE LA DETTE PUBLIQUE

Nouveau commentaire