Bien vivre ensemble

Monsieur le Maire l'avoue il reconnaît que le risque est grand devoir l'objectif de construire la mixité sociale au Champ de manoeuvre ne pas être atteint. Les raisons de ce risque d'échec sont multiples mais aujourd'hui alors que se cristallisent des tensions, des non dits, des rancoeurs, que monte un sentiment de malaise, voire d'insécurité chez les résidents, les élus d'opposition veulent rappeler quelle a été leur position depuis le lancement de l'Opération de Renouvellement Urbain,

Nous avons répété et rappelons aujourd'hui l'erreur commise dès l'origine de l'ORU à Soyaux. Nous sommes sûrs que c'est une chance de reconstruire un quartier agréable, de casser la ghettoïsation, de bâtir un espace commun du bien vivre ensemble, dans lequel chacun puisse accomplir des projets personnels, familiaux avec des espaces partagés de vie sociale. Oui Soyaux mérite de retrouver un vrai quartier de vie, avec des logements mais aussi des activités économiques, de l'emploi, des équipements de proximité, de loisirs, de culture. Mais cette trop longue phase de démolition sans reconstruction laisse les résidents dans l'attente, affaiblit les services publics, les commerces.

Il fallait reconstruire simultanément suffisamment de logements pour compenser les démolitions. Nous redisons aussi que la résidentialisation n'est que poudre aux yeuxsans réhabilitation des logements, sans lutter contre le mal vivre. Elle ne résout pas le besoin d'accueil humain. C'est d'ailleurs une des fortes et fréquentes demandes des locataires que de se voir rassurés par la présence effective de gardiens dans les immeubles. Monsieur le Maire doit user de son pouvoir pour négocier ce service auprès des bailleurs. La présence des services de police est souvent aussi considérée comme insuffisante. On mesure combien les politiques nationales de « rationalisation » ont des conséquences directes, néfastes et immédiates sur la qualité de vie dans les quartiers les plus fragiles. Il faut là encore dénoncer ces réductions d'effectifs et oeuvrer à de vraies collaborations, efficaces, entre les polices municipales et nationales. La mairie doit exiger une nouvelle répartition de ces forces de police pour redonner du sens à une police de proximité.

Par ailleurs, la démolition du FLEP historique, sans être anticipée par une construction nouvelle simultanée a laissé un vide immense pour l'accuell des adolescents et jeunes adultes désoeuvrés, pour qui ce vide donne l'impression d'être insuffisamment accompagnés ou encadrés. Il y a maintenant une vraie urgence tant les tensions sont devenues vives et l'expression de ce malaise est devenue maladroite, parfois discriminante. A qui pourraient profiter ces déséquilibres ?

Il nous faut, tous ensemble, travailler réellement à concilier le légitime besoin d'indépendance de ces jeunes ou futurs adultes et la tout aussi légitime aspiration des résidents de vivre sereinement, C'est pourquoi la Mairie a grand intérêt à écouter et prendre en compte les remarques et propositions des locataires et des associations qui les représentent.

La concertation, même longue, certes difficile, avec tous les partenaires de l'ORU, mais aussi avec les élus, les associations, les habitants, sera la clé de la réussite d'une vraie politique du logement et de la ville,

Denis Lavauzelle   


Merci MONSIEUR SARKOZY d'avoir supprimé

- 50400 emplois dans l'Education Nationale. Peut être au titre de la lutte contre l'échec scolaire !

- 4755 emplois de policiers. Peut être au titre le la lutte contre l'insécurité !

- 10 000 emplois de professionnels de santé, dont 5 000 professionnels soignants. Peut être au titre de la qualité des soins !

Merci encore MONSIEUR SAPKOZY d'avoir réduit de 30% les crédits du Samu Social, tout en augmentant en 5 ans :

- le salaire présidentiel de 172%, le déficit du commerce extérieur de 36 milliards, la dette publique de 63,9% du PIB à 81,7%, le nombre de taxes de 24 supplémentaires, le nombre de chômeurs de 1 million, la violence aux personnes de 21,2%, en dépensant :

- 1,6 millions d'euros pour 1 voyage à la Réunion, en 2010, 180 millions crédits pour 1 avion présidentiel, 687 millions d'euros pour l'expulsion des sans papiers, en offrant :

- 75 milliards de cadeau, fiscaux aux Français les plus riches.

Merci MONSIEUR LE PRÉSIDENT pour votre courage d'avoir déclassé la France du 31e au 44e rang mondial de la liberté de la presse, appauvri 60 000 retraités, pillé le fonds de réserve des retraites de Lionel Jospin, bafoué les droits de l'homme en expulsant 3 jeunes Afghans vers Kaboul malgré l'avis de la Cour européenne des Droits de l'Homme, déshonoré la France en expulsant des familles Roms et Gens du voyage, etc...etc...

Le plus beau des remerciements pour la France et les Français sera de vous dire STOP le 6 MAI 2012.

 

Farta Diallo et les élus d'opposition,

[ Fanta Diallo, Bernard Rivaleau, Annie Peronnet, Denis Lavauzelle,
Joëlle Rassat, Christine Victoria et Jean-Claude Sauton ]

 

 

SOYAUX.fr