Pas de vacances pour les entreprises de travaux publics de la zone Parc et Diem,
qui ouvrira au premier semestre 2013. (C. T.)

Les travaux de la zone aux trois noms Apsys, Parc et Diem, ou encore parc de La Jaufertie, un temps en arrêt au printemps (voir « Sud Ouest » du 21 mars), ont repris.

À l'époque, cette construction avait fait couler de l'encre, dont une pétition des riverains menée par l'opposition.

Mais cette fois-ci, les premiers bâtiments et les colonnes de béton commencent à sortir de terre. Dans cet espace de près de 12 800 m2, dix boutiques sont attendues au premier semestre 2013, dont un restaurant Flunch, un magasin Chantemur (bricolage) ou encore celui de La Grande Récré (jouets), pour ne citer que les grosses locomotives qui vont s'implanter.

Un complexe commercial

Le terrain vague qui faisait face au centre clinical et vendu par la famille Fonchain, comptera bientôt 634 places de stationnement précisément, 3 restaurants, 12 moyennes surfaces et 10 boutiques.

Selon la société concessionnaire du site, Apsys, le projet du parc de La Jaufertie viendra enrichir et équilibrer l'offre existante en périphérie Est d'Angoulême.

Situé à l'ouverture de la voie de contournement Est de l'agglomération (la D 1 000, NDLR) et de l'axe d'accès direct depuis le centre d'Angoulême (avenue du Général-de-Gaulle et route de Périgueux, NDLR), il bénéficiera d'un volet paysager particulièrement soigné par les concepteurs.

Le parc de La Jaufertie proposera « au travers d'un parcours piétonnier, une offre de commerces et loisirs renouvelée », peut-on lire sur le site Internet de la société Apsys.

Retombées économiques

On y apprend également que la société fonde de grands espoirs en termes de retombées financières. Elle a calculé que la zone de chalandise serait de 168 000 habitants au total.

La société Apsys (groupe d'immobilier commercial) a été fondée en Pologne en 1997 par Maurice Bansay, avant d'implanter sa maison mère en France en 2002.

Cette société compte plus de 235 collaborateurs et près de 600 000 m2 d'espace commercial, dont le projet pharaonique de Beaugrenelle, actuellement en construction dans le 15e arrondissement de Paris.

Publié le 26/07/2012 à 06h00 - Par Cédric Tricaud

SUDOUEST.fr

 


 

Lire aussi : SOYAUX - NUISANCES, POLLUTION et OVERDOSE COMMERCIALE

 

 
De nouvelles vitrines offertes aux consomateurs,   
et une vitrine en héritage pour Soyaux.