Le porte-parole du groupe PS à l'Assemblée, Thierry Mandon, réagit à la proposition de loi de Christian Estrosi de supprimer la durée légale de 35 heures.

Le porte-parole du groupe PS à l’Assemblée, Thierry Mandon, s’en est pris vendredi à la «véritable entreprise de démolition» du droit du travail à laquelle se livrerait l’UMP, après le dépôt par un député de ce parti, Christian Estrosi, d’une proposition de loi supprimant la durée légale de 35 heures.

Selon un communiqué du député de l’Essonne, «derrière cette opération estivale, se cache en fait une véritable entreprise de démolition. Démolition des fondements du droit du travail, la durée du travail étant renvoyée a des accords de branche sans référence à une durée légale (...)».

Pour M. Mandon, «cette offensive» est menée avec «les traditionnels arguments martelés d’autant plus fort qu’ils sont faux: la durée du travail qui serait trop faible en France, le coût du travail trop élevé».

«De récents rapports montrent pourtant que la durée moyenne du travail en Allemagne est nettement moins élevée qu’en France, que les coûts du travail sont en moyenne comparables avec parfois des différences au bénéfice de la France (dans l’automobile, le coût du travail est supérieur de 29% en Allemagne)», affirme le porte-parole socialiste se référant à une étude de l’Insee sur la période 1996-2008 et récemment actualisée.

Déposée mardi, la proposition de loi de M. Estrosi vise, selon son auteur, à «supprimer le plafond des 35 heures en donnant la responsabilité aux partenaires sociaux de négocier la limite hebdomadaire dans des accords de branche».

Le député avait expliqué qu’il déposait ce texte du fait de la suppression du dispositif des heures supplémentaires exonérées par le projet de loi de Finances rectificative 2012, voté définitivement par le Parlement mardi soir.

3 août 2012 à 18:39
LIBERATION.fr