Des TGV à Cognac ? Boutant en rêve pour 2020!362/C5_101228_214


"Oui, je me réjouis de la nouvelle". Mais je traduis l’annonce de Michel Boutant par: "Soyez contents cognaçais, voici un petit bout de pain". Claude Maumont, le président de la chambre de commerce de Cognac réagit sans mettre les formes après avoir découvert, dans CL, la promesse du président du Conseil général de la Charente.

Michel Boutant l'a déclaré hier, le dossier de l'électrification de la ligne SNCF Angoulême-Cognac-Saintes-Royan est redevenu prioritaire. Une perspective qui permet donc d'espérer concrètement un arrêt TGV à Cognac.

Pour le président de la chambre consulaire, si le train à grande vitesse fait une halte dans la Cité des eaux de vie, les touristes vont sans doute en profiter mais il doute que le monde économique lui en tirera des bénéfices.

Plus d'informations sur le sujet demain dans l'édition papier de CL

Boutant promet le TGV aux Cognaçais!

«Certains Cognaçais voulaient prendre le TGV dans une gare entre Cognac et Angoulême. On fait mieux: on leur apporte le TGV en gare de Cognac»
. Cet après-midi, Michel Boutant, le président du Conseil général, ne boudait pas son plaisir en annonçant que le dossier de l’électrification de la ligne SNCF Angoulême-Cognac-Saintes-Royan était à nouveau sur la bonne voie.


Et une voie prioritaire, cette fois, Dominique Bussereau étant désormais prêt à voir arriver le TGV à Royan via Angoulême et Cognac plutôt que par Niort et Saint-Jean d’Angély.

Mardi, Michel Boutant a ainsi rencontré Hubert Du Mesnil, le président de Réseau Ferré de France, afin d’évoquer le dossier. «On est sur une opération entre 100 et 120 millions d’euros. Nous en parlerons dès la prcohaine assemblée plénière, fin octobe. Mais dès maintenant, nous allons lancer des réunions de travail avec tous les partenaires concernés», indique Michel Boutant.

Car c’est désormais sur la répartition du financement qu’il va falloir s’entendre. Pour payer la note de 100 à 120 millions, il n’y aura que des collectivités aux budgets serrés: la Région, la Charente, la Charente-Maritime. «Je compte aussi solliciter les communautés de communes concernées, comme GrandAngoulême et Cognac, et, surtout l’Europe», précise Michel Boutant.

L’électrification de la ligne est un enjeu majeur. Réalisée, elle permettra à des TGV de quitter la ligne Bordeaux-Paris pour desservir Cognac, Saintes et Royan.

«Faut-il rappeler l’importance économique de l’axe Angoulême-Jarnac-Cognac? Son ouverture sur le monde et son poids de plus de deux milliards d’euros dans le commerce extérieur français»
, interroge faussement Michel Boutant, convaincu qu’il vaut mieux faire passer des TGV à Cognac qu’à Saint-Jean d’Angély.

5 Septembre 2012 | 17h52 - Mis à jour6 Septembre 2012 | 16h40

CHARENTELIBRE.fr