Le groupe américain IBM, qui vient de remporter le contrat de surveillance du fonctionnement des logiciels de la SNCF, délocalise vers l’Europe de l’Est une activité jusqu’ici réalisée en France.

Celle-ci était précédemment assurée par une société française Steria, dont les salariés travaillaient aux côtés des cheminots informaticiens.

Cette décision aura pour conséquence de supprimer 500 emplois en France en 2013. Cet épisode inadmissible intervient après celui du STIF, le Syndicat des transports d’Ile-de-France qui s’apprêtait à délocaliser son centre d’appel au Maroc.

C’est l’exemple de trop !

Le combat contre le chômage passe par une lutte pied à pied contre les délocalisations.

Le redressement productif promis par le gouvernement passe par une décision de bon sens, celui d’incorporer dans les appels d’offre des entreprises publiques, un dispositif interdisant la délocalisation d’activité déjà existante sur le territoire nationale. Il y a urgence.

Les entreprises où l’État est majoritaire doivent donner l’exemple.

Parti communiste français

vendredi 21 septembre 2012

ELUNET.org