Taxes sur la bière: les Français sont des petits buveurs de bière avec 30 litres par an

 Photo d'illustration CL 

Avec 30 litres par an, les Français sont de petits consommateurs de bière en Europe et la hausse annoncée des taxes sur cette boisson ne devrait pas améliorer la situation d'un marché en déclin depuis trente ans.

UNE CONSOMMATION TIMIDE COMPAREE AU VIN

Les Français ont consommé en moyenne 30 litres de bière par an en 2009, ce qui fait de la France l'avant-dernier pays consommateur en Europe, selon Brasseurs de France.

Par comparaison, les Tchèques, plus grands buveurs du continent, en éclusent 135 litres par an, suivis des Allemands avec 107 litres.

En France, c'est le vin qui domine: la bière représente à peine 16% de la consommation d'alcool, contre 59% au vin et 25% aux spiritueux, selon la même source.

Le marché de la bière est en déclin structurel depuis 30 ans. Près de 20 millions d'hectolitres de bière ont été consommés en 2010, en baisse de 1,7% par rapport à 2009.

Cette boisson est une importante source de revenus pour les cafés et restaurants. Selon la Fédération nationale des boissons (FNB), les bières représentent plus du tiers du revenu global de l'activité boissons des cafés/hôtels/restaurants.

9E PRODUCTEUR DE BIERE, 1ER D'ORGE

La France est le 9e pays producteur de bière en Europe avec 16,3 millions hectolitres produits en 2010, dont 15% exportés, selon la même source.

Parmi les marques françaises en vedettes, on trouve les alsaciennes Kronenbourg -la plus consommée en France- et Fischer (groupe Heineken).

Du côté des matières premières, la France est le premier producteur d'orge de brasserie en Europe (3,5 millions de tonnes produites en 2010) et le premier exportateur mondial de malt (1,3 million de tonnes).

La filière dans son ensemble pèse 12,8 milliards d'euros pour 71.500 emplois, selon Brasseurs de France.

Les taxes sur la bière vont être doublées


Les taxes sur la bière vont être doublées pour rapporter près de 500 millions d'euros supplémentaires au profit de la Sécurité sociale, affirmait hier sur son site internet le quotidien Le Figaro, en citant des sources proches du dossier.

Une information confirmée ce lundi matin par le gouvernement. Le niveau de fiscalité sur les bières rapportera 480 millions d'euros à la Sécurité sociale. "Cela correspondra à une hausse équivalente à 5 centimes sur un demi de bière", a-t-il précisé.

Le taux de la TVA sur la bière, actuellement de 19,6%, ne changera pas, mais ça ne sera pas le cas du droit d'accise prélevé sur les boissons alcoolisées. Cette taxe, actuellement pour la bière de 2,75 euros par degré d'alcool et par hectolitre, sera donc doublée, a ajouté Le Figaro.

Dès vendredi, l'association des Brasseurs de France s'était inquiétée d'un possible doublement de la taxe, en qualifiant cette hypothèse de "catastrophe pour la filière". Elle "se traduirait pour le consommateur par "une hausse des prix de 15% en moyenne dans tous les circuits de distribution", avait-elle fait valoir.

L'impact pour le consommateur serait nettement moindre dans les bars, puisqu'il est chiffré à environ 5 centimes sur un demi, affirment les promoteurs de la taxe cités par le journal.

1 Octobre 2012 | 11h45 - Mis à jour | 14h51 - charentelibre.fr (sourceAFP)

CHARENTLIBRE.fr