Redoutable pouvoir de la roucoulade. En quelques jours, (et malgré les approximations de leurs piaillements, que détaille ici Anne-Sophie), les "pigeons" du Net, auront fait reculer le gouvernement. Reculer en désordre. La ministre Fleur Pellerin assure dans Libé que personne ne sera taxé au fameux taux de 60%. L'Elysée laisse fuiter à l'AFP que l'on va revenir "à la situation antérieure". Les pigeons auraient tort de roucouler trop tôt leur triomphe. Tant que le budget n'est pas définitivement voté, les graines empoisonnées peuvent surgir de chaque buisson. Mais ils peuvent savourer leur victoire tactique: plus personne n'ose rappeler que l'alignement de la fiscalité du capital sur celle du travail était bel et bien l'une des promesses de campagne de Hollande.

L'intéressant, c'est que la jacquerie antifiscale de "la communauté des entrepreneurs du Web" (car ne vous y trompez pas, les net-patrons sont une sympathique et conviviale "communauté", et pas un lobby de corsaires, n'ayant pour but que de revendre des start ups en empochant une généreuse plus-value, après les avoir fait gonfler dans une bulle propice) s'est organisée sur Twitter, notamment derrière le "hashtag" de ralliement " #geonpi". Ainsi ce lobby patronal s'est-il revêtu de la panoplie de la manifestation populaire. Le lobbying efficace d'aujourd'hui ne se pratique plus seulement dans le huis-clos douillet des diners du Siècle, mais en toute transparence, sur Twitter. Sans doute les bons vieux moyens...

comme la délicieuse couverture de L'Express de cette semaine picto

... gardent-ils une part d'efficacité. Mais ils n'ont plus de monopole. Sur Twitter comme dans les vieux media, c'est l'argent qui se fait entendre. La roucoulade de l'argent trouve toujours des moyens de couvrir le gazouillis général. Et Internet n'y change pas grand chose.

Express impôts

A propos de l'attention que porte le pouvoir à la société civile, une information amusante: je supposais mardi que l'idée de Hollande d'aller se montrer à Echirolles était née de l'intervention d'un auditeur, sur l'antenne de RTL, le matin même. Ce n'était évidemment qu'une supposition de matinaute. Bingo ! A RTL, on l'a confirmé à Laure Daussy, qui est en train de préparer notre émission de la semaine, sur le traitement du fait-divers dans l'audiovisuel. On vous le raconte en détail, avec bien d'autres choses encore, dans notre émission de demain.

Par Daniel Schneidermann le 04/10/2012

ARRETSURIMAGES.net