Les retraités, citoyens responsables, conscients de la situation économique, attendaient que le pouvoir d'achat des pensions, qui a perdu 20 % en 20 ans, soit au moins maintenu en 2013.

Manifestement ce ne sera pas le cas pour la plupart des retraités qui subiront une nouvelle fois une baisse de leurs ressources et du pouvoir d'achat de leurs pensions .

Tout d’abord, 1 retraité sur 2, pour le moins, supportera la nouvelle "contribution additionnelle de solidarité pour l'autonomie" de 0,3 % dès le 1er avril 2013. Ce mode de financement, hors Sécurité Sociale, par l'impôt et non par les cotisations sociales ne diffère pas fondamentalement des projets antérieurs qui à terme conduisent à la recherche de solutions individuelles et au recours au secteur assurantiel pour ceux qui en auront les moyens.

De plus le maintien du gel du barème de l'impôt sur le revenu et de la suppression de la demi-part fiscale, ainsi que celui de l’indexation des pensions sur l’évolution des prix qui sous-estime la réalité du coût de la vie, font que des dizaines de milliers de retraités deviendront imposables et perdront une part importante de leurs ressources disponibles pour vivre.

Pour l’UNRPA ces choix ne répondent pas aux attentes et aux besoins des retraités tout en sapant davantage le système de protection sociale à la française qui fait encore malgré cela preuve d’efficacité.

L’UNRPA propose que soit organisé un grand débat, un Grenelle de la protection sociale pour proposer des solutions à partir des principes fondateurs de notre système à la française dans le but de moderniser son financement, en particulier en le complétant par une contribution de tous les revenus aujourd'hui exonérés et permettre à tous l’accès aux soins et à une vie digne jusqu’à la fin de ses jours.

Francisco GARCIA, Président de l’UNRPA (Union Nationale des Retraités et Personnes Agées)

Danielle ROLLAT, Vice Présidente Nationale

- le 31 Octobre 2012

HUMANITE.fr