La municipalité va appliquer un décret de 2008 permettant de définir des rues dans lesquelles la cohabitation entre les usagers sera bien réglementée.

Derrière cette barrière, la zone reste piétonne ; devant, cohabiteront piétons, vélos et voitures. (S. J.)

Ce ne sont pas des zones d'amour, mais plus sûrement de cohabitation… Les zones de rencontre (sans « s » selon le décret du 30 juillet 2008) sont un dispositif du code de la route, qui met le piéton prioritaire devant le cycliste et surtout l'automobiliste. Il instaure une hiérarchie entre usagers.

La mairie a décidé de mettre en place ces zones de rencontre et sait déjà qu'il va falloir un bon coup d'explications. Lancement, le 17 novembre.

Limitée à 20 km/heure

Dans les faits, les rues piétonnes restent piétonnes. Il s'agit des rues Aristide-Briand et d'Angoulême. Ce sont les rues adjacentes ou morceaux de rue autour qui se transformeront en zones de rencontre.

Sur ces portions, la vitesse des voitures est limitée à 20 km/heure au lieu des 30, voire 50 km/heure par endroits. La rue Chalais est particulièrement concernée.

Mais surtout, dans l'esprit, c'est le marcheur qui devient prioritaire, qu'il avance sur le trottoir ou sur la chaussée. Évidemment, le marcheur s'abstiendra d'abuser de la situation et de taper la causette au milieu de la rue. « Avant, le piéton était a priori un intrus, relève Jean-François Valegeas, conseiller délégué à la voirie. Désormais, il ne l'est plus. »

Quant aux cyclistes, ils gagnent en liberté puisqu'ils pourront emprunter les sens interdits des zones piétonnes et des zones de rencontre. Ce qui justifie aussi que la vitesse soit limitée à 20 km/heure puisque les voitures pourront se retrouver nez à nez avec un vélo. La dérogation ne concerne pas les mobylettes, scooters et motos.

Tracts explicatifs

Récentes, les zones de rencontre ont pour l'heure trouver leur place dans les grandes villes, observe Thierry Le Bourhis, directeur des services techniques de la Ville. Mais « elles vont dans le sens des logiques d'évolution de la circulation », ajoute Philippe Barthodziej, le directeur de la police municipale.

Samedi 17 novembre, jour de la mise en place, des élus et des agents de la police municipale iront distribuer des tracts explicatifs aux Cognaçais.

Des panneaux carré sur fond bleu feront également leur apparition pour indiquer l'entrée dans une zone de rencontre.

Publié le 20/10/2012 à 06h00 - Par Séverine Joubert

SUDOUEST.fr