Menées pendant près d'une mi-temps, les Sojaldiciennes ont beaucoup gâché avant de prendre logiquement la mesure d'Angers.

Anaïs Dumont s'arrache en devançant la gardienne adverse et inscrit le deuxième but de Soyaux.
Photo Phil Messelet

Un train d'enfer! C'est ce que doivent mener les filles de Soyaux si elles veulent conserver leur leadership dans cette poule B de 2e division tant Le Mans les talonne au classement.

Du coup, la venue du mal classé Angers, hier après-midi à Léo Lagrange, ne devait pas permettre aux joueuses de Corinne Diacre de tergiverser. Qui plus est à domicile où Soyaux a lâché ses deux seuls points de la saison contre Quimper.

Et pourtant, durant près d'une heure, les choses n'ont pas été simples pour des Soljadiciennes certes dominatrices, mais incapables de concrétiser leurs nombreuses occasions.

Soyaux cueilli à froid

Cueillies à froid sur un corner repris au deuxième poteau par Mathilde Rateau dès la 6e minute, Marina Pascaud et sa bande ont été longtemps perturbées par le pressing haut exercé par les Angevines.

La virevoltante Anaïs Dumont avait beau se démener sur son aile, les difficultés de ses partenaires à cadrer devant le but empêchaient Soyaux de revenir à la marque.

«Si vous ne voulez pas mettre le pied, on va souffrir», lançait même agacée au bout des vingt premières minutes Corinne Diacre depuis son banc de touche. Un manque de niaque balayait subitement juste avant la pause par une Lauren Elwis opiniâtre qui parvenait à centrer au cordeau pour une déviation de la tête de Marion David dans le petit filet visiteur (1-1, 41). Un véritable ouf de soulagement.

Car au retour des vestiaires, les Sojaldiciennes reprenaient leur domination, obligeant les visiteuses à parer au plus pressé. Une pression constante qui finissait par faire craquer les Angevines sur une balle en profondeur mal négociée par la défense visiteuse. Anaïs Dumont voyait tous ses efforts récompensés en étant la plus prompte pour glisser la balle dans les filets après avoir devancé la gardienne Beaudouin (2-1, 67). Le plus dur était fait.

Une fraîcheur de banc salvatrice

Incapables de réagir, les Angevines frisaient une première fois la correctionnelle sur une belle action de la nouvelle internationale U19 Marine Lhérideau qui, peu de temps après son entrée sur la (très délicate) pelouse, voyait sa frappe sèche repoussée (75).

Un banc local qui allait finalement faire la différence en toute fin de rencontre par l'intermédiaire de Claudie Rouania. Sur une touche côté gauche, la Sojaldicienne se jouait de sa vis-à-vis et logeait le ballon dans le petit filet opposé de Beaudouin (3-1, 89).

Un score reflétant la différence de niveau entre les deux équipes et une nouvelle victoire qui permet à Soyaux de maintenir la cadence juste devant Le Mans qui, de son côté, poursuit également son sans-faute en allant l'emporter à Poitiers (0-2).

12 Novembre 2012 | 04h00 - Mis à jour | 07h46 - Nicolas GURAUD

CHARENTELIBRE.fr