Once Upon a Toon travaille sur la série désormais fabriquée à 100 % en France

La fabrication de « Garfield » permet à Renato de faire travailler 28 animateurs dans les locaux
de la société Once Upon a Toon. (photo céline levain)

Garfield, le chat mondialement connu pour son amour de la pizza et sa capacité à faire tourner en bourrique son petit monde, fait les beaux jours de France 3. Adaptée de la bande dessinée américaine de Jim Davies, la série animée cartonne depuis maintenant trois saisons. Et le studio angoumoisin Once Upon a Toon y est un peu pour quelque chose. En 2011, le studio fondé par Renato, ex-directeur artistique d'Antefilms, avait conçu l'animation de 13 épisodes de la troisième saison. Un galop d'essai concluant. « Nos travaux ont plu au réalisateur Philippe Vidal », avance Renato.

Au point de faire germer une idée dans la tête des producteurs de la série, Darguad Media et Ellipsanime : rapatrier la production complète de « Garfield » en France. Jusqu'à présent, une partie de la fabrication avait été confiée à des opérateurs asiatiques, en Inde notamment, pour des raisons évidentes de coût de la main-d'œuvre. Changement radical pour la quatrième saison. L'intégralité des 54 épisodes a été relocalisée à Paris (Ellipsanime pour la préproduction), Angoulême (Once Upon a Toon pour l'animation) et Lille (Red Frog pour l'assemblage final).

Fabrication à finir d'ici fin mars

Un pari qui a son prix. Les studios concernés se sont engagés à travailler rapidement et quasiment à flux tendu. Chez Once Upon a Toon, la société récemment installée dans de vastes locaux de la zone industrielle n° 3, on n'a d'ailleurs guère eu le temps de souffler entre la prise de décision des producteurs et le lancement de la fabrication. « Ça a été assez chaud. Mais on a pu démarrer la production à la fin de l'été. Nous sommes censés finir fin mars », affirme Renato.

Pour avoir milité, depuis le milieu des années 80, pour la promotion du savoir-faire à la française, le patron du studio angoumoisin, pionnier de l'animation 3D, est particulièrement heureux de voir cette relocalisation se concrétiser. « On a de fabuleuses écoles de formation en France. Il est de notre devoir de fournir du travail à ces professionnels plutôt que de les voir partir dans des pays conscients de leur talent. »

Carton international

Aujourd'hui, toute une aile du bâtiment occupé par Once Upon a Toon est dévolue au drôle de chat orange. L'ambiance est studieuse, la concentration maximale, rythmée par les « clics » incessants des souris d'ordinateur. « Pour "Garfield", nous avons recruté 28 animateurs répartis en quatre équipes. En gros, chaque équipe passe quinze jours par épisode, sachant que nous sommes le cœur de la chaîne. Derrière nous, les équipes de Lille doivent prendre le relais. » La diffusion de cette nouvelle saison 100 % française doit commencer à Noël par un épisode spécial, toujours sur France 3. L'attente est grande : « Garfield » est sur le podium des séries les plus performantes, en termes d'audience. Depuis son lancement en 2009, la série est diffusée dans plus de 150 pays, notamment en Chine, aux États-Unis, au Japon, en Espagne et en Italie, où le chat fripon cartonne. L'actrice June Foray, voix de Mme Chaudron dans la version américaine, a même permis à "Garfield" d'offrir à ses producteurs un Emmy Award.

Un succès qui profite à Once Upon a Toon. La société est sur d'autres chantiers. Elle travaille notamment sur une adaptation de « Kinky & Cosy », la BD politiquement incorrecte du dessinateur belge Nix.

Publié le 19/11/2012 à 06h00 - Par bertrand ruiz

SUDOUEST.fr