Arnaud Montebourg, le 27 novembre à l'Assemblée. (Photo Benoit Tessier. Reuters)

Ils sont désormais 82 à avoir signé la tribune de soutien au projet de «contrôle public temporaire» de l'aciérie.

Par LAURE BRETTON

Le bras de fer se muscle. Ils étaient une quarantaine au départ, ils sont désormais 82 parlementaires à avoir signé la tribune de soutien à Arnaud Montebourg dans son projet de «contrôle public temporaire» de l’aciérie de Florange (Moselle). Lancée par les députés socialistes Laurent Baumel et Philippe Doucet, le texte a reçu jeudi l’approbation de trois parlementaires écologistes, les deux patrons du groupe, Barbara Pompili et François de Rugy, ainsi que son porte-parole Sergio Coronado.

A lire aussi Mittal-Montebourg: l'épreuve de forges

Avant l’expiration du délai consenti par ArcelorMittal pour éviter la fermeture des hauts fourneaux - samedi - ils aimeraient passer la barre de la centaine. «Ce qui se joue est bien plus large que la crédibilité d’Arnaud Montebourg, explique Laurent Baumel, l’un des animateurs du courant de la Gauche populaire. Dans son discours du Bourget, François Hollande avait conclu en disant: "il faudra qu’on montre nos armes". Aujourd’hui, on y est. Ce qui est en jeu est bien plus large que Florange, c’est le pilotage de l'économie par l’Etat et l’ambition qu’il a pour son industrie.»

29 novembre 2012 à 19:03

LIBERATION.fr