L'enquête publique, spécifique au busway, ne débutera pas avant les prochaines élections municipales de 2014.
Photo Renaud Joubert

"Des insuffisances majeures", des "analyses sommaires" ou encore "des objectifs irréalistes": pour les commissaires enquêteurs, le principal problème de l'enquête publique sur le plan de déplacements urbains concerne le projet de Transport en commun en site propre (TCSP). Les commissaires motivent ainsi leur avis défavorable par le manque de précisions sur le "projet phare du dossier": "En l'absence d'éléments suffisants, la commission n'est pas en mesure de déterminer si les objectifs présentés et en premier lieu le TCSP (Busway) sont de nature ou non à améliorer sensiblement les déplacements, tout en réduisant signifactivement la pollution."

Les élus s'étaient déjà justifiés en annonçant une enquête publique uniquement sur le TCSP. Mais la commission n'a pas été convaincue par cet argument. "Les réponses de GrandAngoulême sont paradoxales: bien qu'il nous ait été affirmé que rien n'était arrêté précisément, les secteurs à équiper sont présentés comme intangibles".

En résumé, la commission aurait préféré que le projet de TCSP apparaisse plus précisément dans cette enquête publique plutôt que d'attendre 2014 et une nouvelle enquête publique: "Un bilan coûts/avantages avec des éléments chiffrés aurait permis de faire apparaître plus précisément ce qui est acceptable ou pas."

Pour lire le rapport en intégralité, cliquez ici.

Pour lire les conclusions, cliquez ici

Avis défavorable pour l'enquête publique de GrandAngoulême

Avis défavorable. Les commissaires enquêteurs ont retoqué vendredi l'enquête publique de l'agglomération qui doit déboucher sur l'adoption du plan de déplacements urbains (PDU). Ce lundi matin, Philippe Lavaud, président du GrandAngoulême et Michel Germaneau, vice-président chargé du dossier, ont expliqué les raisons de ce refus. "Certains sujets du rapport ont été considérés comme trop flous ou trop techniques", résume Michel Germaneau. "Nous devons le retravailler et améliorer nos explications pour que le grand public comprenne mieux le sujet."

Patrick Coué, le directeur général des serivces, abonde: "On ne démontre pas assez le bien-fondé de nos propositions". Résultat, l'adoption de ce PDU est repoussée "d'au minimum trois mois". Les élus ont également décidé de mettre en place plusieurs tables rondes, ainsi que "des expositions sur chacun des thèmes à partir de janvier", explique Michel Germaneau. Un voyage d'études qui pourrait être ouvert à tous est également en projet.  

"Nous devons nous montrer plus pédagogues", explique de son côté Philippe Lavaud. "Nous ne voulons pas passer en force". L'enquête publique ne sera pas recommencée mais le public aura désormais à disposition dans les mairies cette enquête, ainsi que les conclusions des commissaires-enquêteurs.

A noter que la prochaine enquête publique, spécifique au Transports en commun en site propre (le busway), ne débutera pas avant les prochaines élections municipales de 2014. Même si officiellement, cela n'a aucun lien, ce dossier se présente un peu plus comme l'enjeu des élections municipales de 2014, en particulier à Angoulême.

10 Décembre 2012 | 10h36 - Mis à jour | 15h34

CHARENTELIBRE.fr