Le géant du BTP jette l'éponge. Il ne construira pas 106 logements pour personnes âgées à la place de l'ancienne clinique du docteur Ferrand.

Les 22 T1, les 74 T2 et les 10 T3 étaient vendus environ 3 181 € le mètre carré.
(DOCUMENT OVéLIA-VINCI IMMOBILIER / IMAGE DE SYNTHèSE de l'architecte ILEANA POPEA)

Le permis de construire, délivré le 20 juillet 2011 au groupe Vinci et à sa filiale Adim Ouest, est toujours accroché à l'entrée de l'ancienne clinique du docteur Ferrand à Soyaux. Le panneau ne sert plus à rien. Le géant français du BTP a jeté l'éponge. Jamais il ne construira, ici, à Beaumont, dans ce parc boisé d'environ un hectare, une résidence de 106 appartements de standing pour personnes âgées.

« La précommercialisation a échoué. Nous n'avions qu'une seule réservation. Nous avons abandonné ce programme », confirme un cadre bordelais de la société Vinci Immobilier.

« Soyaux n'est pas un nom porteur. Il est difficile à vendre à un investisseur qui, plus que jamais, doit être persuadé de la valeur patrimoniale du bien qui l'intéresse », ajoute Laurence Picano, la directrice générale adjointe d'Ovélia. Cette société était chargée de vendre les appartements pour Vinci et de gérer la future résidence.

Ovélia promettait du personnel disponible 24 heures sur 24, un restaurant et même une piscine intérieure chauffée. Les logements (non médicalisés, mais équipés de téléassistance) étaient proposés à 3 181 € le mètre carré. Sans doute trop cher. Malgré les publicités qui assuraient que ce produit « éligible au dispositif Bouvard permet [tait] de bénéficier de 11 % de réduction d'impôt sur le montant immobilier HT plafonné à 300 000 € et de la récupération de la TVA à 19,6 % ».

« C'est vrai, les acquéreurs ne se sont guère manifestés. Pourtant, nous avions de nombreuses demandes de location », ajoute Laurence Picano.

Le projet étant abandonné, que vont devenir le parc ceint de hauts murs et le chalet qui était promis à la démolition ? La réponse se trouve chez les propriétaires, Sylvie et Valérie Lescurat, les petites filles du docteur Ferrand. En effet, la vente du foncier à Vinci était assortie d'une clause suspensive : la réussite de la précommercialisation des appartements.

Dans ce quartier calme et tranquille de Soyaux, le nom de Beaumont évoque une vieille histoire. Nous sommes ici rue du docteur Fernand Lamaze - célèbre neurologue et obstétricien qui, dans les années 50, développa la première méthode française d'accouchement sans douleur près de Paris. Cette méthode était inspirée des techniques de préparation mentale en vogue dans les maternités d'Union soviétique. Le docteur Lamaze était un communiste convaincu, tout comme Louis Ferrand (1917-1991) à Angoulême. Fils d'un important fabricant de pantoufles, le docteur Ferrand fut l'un des pionniers de la méthode Lamaze en province. Méthode qu'il pratiqua ici, dans un « chalet calme et fleuri » : le chalet de Beaumont à Soyaux.

Devenue lieu de convalescence et de soins de suite, la clinique du docteur Ferrand a souvent changé de mains. Les 35 lits furent rachetés par le centre des Glamots, à Roullet, et l'activité s'est arrêtée le 1er février 2011. Les murs et le vaste terrain demeuraient propriété des petites filles du docteur Ferrand. Ils le sont toujours.

Publié le 21/01/2013 à 06h00 | Mise à jour : 21/01/2013 à 09h08 - Par oLivier Sarazin

SUDOUEST.fr