20 mars 2013 à 13:29 (Mis à jour: 13:44)

Christine Lagarde le 25 janvier à Davos. (Photo Eric Piermont. AFP)

L'avocat de la directrice du FMI fait savoir qu'elle n'a «rien à se reprocher» dans l'enquête sur l'arbitrage rendu dans le contentieux qui opposait l'homme d'affaires à la banque.

Par AFP

Le domicile parisien de la patronne du FMI Christine Lagarde a été perquisitionné mercredi dans l’enquête sur le recours à un arbitrage pour la vente d’Adidas au Crédit lyonnais, qui avait permis à Bernard Tapie d’obtenir 400 millions d’euros, a-t-on appris auprès de son avocat.

C’est la Cour de justice de la République (CJR) qui instruit le volet ministériel de l’affaire visant la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI). «Christine Lagarde n’a rien à cacher», a dit à l’AFP son avocat Yves Repiquet, qui a précisé que sa cliente n’avait pas été entendue en l’état de l’enquête.   

( ... )    Le 25 janvier la directrice du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, avait réaffirmé que le choix de recourir à un arbitrage pour solder le contentieux qui opposait Bernard Tapie au Crédit lyonnais était «la meilleure solution à l’époque».

 

Lire   LIBERATION.fr