Le célèbre imitateur n'est pas trop inquiet pour son avenir : il devrait rester dans l'émission, contrairement à certains auteurs.

Par
Publié le 31/07/2015 à 13:20 - Modifié le 31/07/2015 à 13:22 | Le Point.fr

YLecoq_LesGuignols

Il reste confiant, même si l'émission ne sera pas tout à fait la même. Interrogé sur la radio MFM, Yves Lecoq pense qu'il fera toujours partie de l'aventure des Guignols la saison prochaine sur Canal+, malgré les changements en cours depuis la reprise en main de la chaîne par Vincent Bolloré. « S'ils veulent que les Guignols continuent, ils sont obligés de me coller dans l'affaire, estime l'imitateur. Ils ne peuvent pas m'éjecter ! Ce serait difficile pour la suite... J'ai un capital de voix qu'on ne peut pas remplacer comme ça, par deux ou trois imitateurs, surtout que le studio est petit, on est déjà quatre. »

Présent depuis les origines de l'émission, en 1988, il assure environ 70 % des voix des marionnettes, dont le fameux PPD, en direct depuis un studio, pendant que les machinistes assurent le show sur le plateau. Inutile de dire qu'il reste incontournable, même s'il avoue ne pas avoir encore signé son nouveau contrat, ni même rencontré le directeur des programmes.

« Cela aura moins d'influence »

Selon lui, le passage de l'émission en crypté prévu à la rentrée n'est pas une bonne idée. « Cela aura moins d'influence, juge-t-il. C'est un peu une mise de côté, en disant qu'ils ont sauvé l'existence des Guignols, les marionnettes existent encore, on les met pas toutes au feu... » En revanche, il est moins sévère sur le changement des auteurs qui sont visés par les changements. « Ça peut aussi changer l'esprit, une nouvelle génération va arriver, poursuit-il. Certains auteurs demandaient à partir, même si là, ça a été un peu plus radical... »

Selon plusieurs sources, les quatre plus anciennes plumes des Guignols sont en effet sur le départ, et de nouveaux auteurs devraient intégrer peu à peu une équipe plus réduite, avant de trouver un nouveau ton d'ici 2016, un an avant les prochaines élections... Les changements devraient en tout cas être officialisés début septembre.

Cachet

La question est de savoir si Yves Lecoq va garder le même cachet : avec plus de 20 000 euros par mois – selon ses propres dires –, il fait partie de la fourchette haute des salaires de l'émission, qui peuvent dépasser les 30 000 euros mensuels, selon les dernières fuites publiées dans les médias. « Le cachet, ça se discute », botte en touche l'imitateur sur MFM radio. Il devrait cependant rester dans la même fourchette, sachant que Canal serait contraint de recruter trois ou quatre imitateurs pour le remplacer... D'où la relative sérénité de l'artiste.

La nouvelle grille pourrait lui permettre de revoir son agenda et dégager plus de temps pour repartir sur scène avec un  nouveau spectacle d'imitations. Et continuer sa grande passion : la rénovation de ses châteaux, dans laquelle il investit justement une grande partie de ses cachets.

LePoint.fr