«Le contact a été rétabli» entre le centre social de Christian Prouzat et la mairie. Mais le Flep vit toujours une «longue période hivernale» d'incertitudes.

L'an dernier, le Flep avait annulé sa propre cérémonie de voeux. «Je ne pouvais pas, après ce qui s'était passé.» Christian Prouzat, le président du centre social installé au coeur du Champ-de-Manoeuvre venait d'apprendre que son Flep était «jeté en plein vol de l'hélicoptère de l'ORU».

Fini le projet de s'installer au coeur du quartier et du futur pôle social et culturel. Direction, provisoirement, les locaux du centre social en attendant la réhabilitation de l'école Jean-Macé, «pas avant le printemps 2012», avance la directrice Cherifa Aliani. Entre-temps, le pôle culturel et social a été rebaptisé le pôle associatif et culturel. Mais «le contact a été rétabli» avec la mairie, comme le dit la directrice.

Tensions à l'automne

Et ce mercredi soir, la cérémonie des voeux du Flep a même été conclue par un petit mot du maire François Nebout. Reste que le discours de Christian Prouzat, devant une trentaine de personnes mais aucun jeune du centre, est revenu longuement sur cette année 2010 comparée à «une longue période hivernale, rude et totalement imprévisible sans aucun été prometteur». Et le président d'espérer «un beau printemps, avec la possibilité de disposer d'un véritable espace jeunes».

Un voeu pieux pour le moment, puisque les adolescents du quartier disposent actuellement d'un préfabriqué «dont une des portes vient carrément de disparaître il y a quelques nuits», explique à l'issue de la cérémonie Cherifa Aliani. Une directrice qui a dû faire face aussi aux tensions de l'automne, «où certains nous ont critiqués pour avoir porté plainte contre quatre mineurs», auteurs d'actes d'intimidation et de menaces sur le personnel du Flep, mi-décembre. 
   (...)

   CHARENTELIBRE.fr