Philippe Lavaud était l'invité de l'association de la zone économique.

La réunion d'Auzone, association qui regroupe les entreprises de la ZI n°3,
s'est déroulée dans les locaux de Rexel. (Photo céline levain)

Le président de l'Agglomération d'Angoulême, Philippe Lavaud, a répondu, jeudi, à l'invitation des chefs d'entreprises de la zone industrielle (ZI) n°3. Il a participé à la réunion d'Auzone, l'association dont la plupart des adhérents (92 au total) sont des firmes présentes sur la zone. C'était l'occasion de lui rappeler les sujets qui fâchent.

Ils sont finalement nombreux, et persistants depuis de longues années. La ZI étant à cheval sur deux communes, celles de Gond-Pontouvre et de L'Isle-d'Espagnac, cela n'aide pas à trouver des solutions. Surtout lorsque viennent se greffer quelques « îlots de souveraineté » de l'Agglomération qui a hérité d'une route, par exemple, sans avoir la compétence routière, et d'une crèche, sans avoir non plus la compétence petite enfance.

Des soucis

Concrètement, quels sont ces problèmes persistants ? Le stationnement sauvage des poids lourds, qui prennent la ZI comme aire de repos la nuit ; la saleté, en général, en particulier près de la déchetterie. Une saleté dégoûtante qui devient dangereuse quand les déchets traînent sur les pistes cyclables. Ou bien la vitesse excessive des véhicules sur la « pénétrante ». Enfin, le président d'Auzone, Didier Poinaud (magasin Unikalo), n'a pas manqué de poser la question que tout le monde attendait, à propos du Busway : « Si on est concerné, est-ce qu'on aura un avis à donner ? » Traduction : si le Busway passe finalement par la zone industrielle, l'une des options étudiées (au lieu de l'artère principale de L'Isle-d'Espagnac, l'avenue de la République), les entreprises seront-elles consultées avant les travaux ?

Nous n'en sommes pas là, a répondu en substance Philippe Lavaud. « Le bureau d'études dira ce qu'il en est [des deux options] en termes de travaux, mais aussi en termes de fréquentation. » La question se posera une fois l'étude rendue, et la décision des élus prise. Quant aux nuisances forcément apportées par les travaux, Philippe Lavaud a joué sur la corde sensible en répondant : « Prenons en compte dans la balance les entreprises qui travailleront sur le chantier. »

Une solution semble se dessiner pour l'un des problèmes soulevés jeudi : un meilleur nettoyage de la zone est programmé. Des poubelles seront payées et installées par l'Agglo, le ramassage réalisé par les deux communes.

La réflexion sur la création d'une aire de repos à l'entrée nord de l'agglomération, avec une signalétique adéquate à destination des chauffeurs, peut être envisagée, elle, dans le cadre du Plan de déplacement urbain (PDU) en cours.

Publié le 02/07/2012 à 06h00
Par Natacha Thuillier

SUDOUEST.fr