Après avoir racheté les clubs parisiens de football et de handball, le Qatar continue de lorgner sur la capitale française. Cette fois, ce sont les banlieues franciliennes qui sont dans le viseur. L'Emirat, fort de sa manne pétrolière, serait prêt à injecter 50 millions d'euros dans un fonds d'investissement mis en place par le gouvernement français. Opportunité pour soutenir les PME selon les uns, abandon de souveraineté et outil de prosélytisme pour les autres, le débat est intense.

COURRIERINTERNATIONAL.com