IncidentFerroviaire






















Voilà ce qui est à craindre.

Que la concurrence en matière de transports ferroviaires amène une augmentation des facteurs de risques.

La mise à la concurrence impliquant la multiplication des intervenants,il en découle immanquablement une augmentation des facteurs de risques.

Finie la prestation-maison avec un label qualité dont un connaît les contours.

Pour nous expliquer que la privatisation n'est pas dans le coup, on nous dit que des trains circulent à travers l'Europe avec des wagons de tous les pays depuis plus d'un siècle, depuis qu'il y a un trafic international.

Et dans la foulée, on ajoute qu'il y a une petite dizaine d'opérateurs qui ne sont pas la SNCF. Sauf erreur de ma part, cette petite dizaine d'opérateurs n'est pas opérationnelle depuis plus d'un siècle. 

Soit. Le plus inquiétant c'est que la mise à la concurrence augmente les facteurs de risques.

Ce transport a-t-il été traité de la même façon que l'ont pratiqué les pétroliers, c'est à dire en ayant recours à un(des) intervenant(s) occasionnel(s) pour amoindrir les coûts ? Ou que sais-je encore. Cette complexité là n'existait pas autrefois.

Mais cependant quelques précisions à venir s'imposent. Nous n'avons pas d'autre choix que d'être européen (et à l'occasion voyageur européen) alors qu'on nous communique le suivi de cette enquête.

SVP. ne faites pas comme le secteur bancaire : c'est-à-dire nous faire admettre implicitement que nos vicissitudes (en l'occurrence notre récession) sont à la mesure de leurs spéculations !

Une concurrence bien maîtrisée n'a rien à cacher.

J'aimerais entendre que l'Europe est autre chose qu'une véritable usine à gaz.

Sans cette clarté, je serai obligé de conclure : CONCURRENCE = AUGMENTATION(S).

Article SUD OUEST